Les consommateurs de « C’est qui le Patron ?! » viennent de valider massivement une augmentation de la rémunération des producteurs de 4 cts supplémentaires par litre de lait.

Ces 4 centimes par litre ne représentent que 2€ de plus par an pour nous consommateurs mais pour eux ça change tout. 

Cette nouvelle aide historique va les aider à compenser l’explosion sans précédent de leurs coûts de production (énergie, alimentation animale etc.) Grâce à cela il vont pouvoir être payés au juste prix de leur travail. C’est la 2ème fois que les consommateurs volent au secours des producteurs (la 1ère fois c’était en 2016 et l’ensemble du rayon a pu profiter de ce signal de solidarité). 

Qu’on se le dise il faut 43 cts par litre de lait pour que les exploitations puissent vivre (43 cts/litre en prix de base ce qui fait 45 cts/ litre en toutes primes). En dessous ça n’est pas suffisant. Nous invitons tous les acteurs à suivre cette hausse nécessaire pour des milliers de familles partout en France. Merci à tous !

Résultats du vote des sociétaires

En à peine 48h, + de 1 700 sociétaires se sont mobilisés pour cette décision historique pour la démarche. Merci et bravo à tous pour cette mobilisation éclair ! 🙏

Nous sommes en train de nous renseigner pour avoir des dates sur les changements des prix en rayon et donc le changement de la rémunération. Pour chaque produit (lait, fromage blanc, crème UHT, yaourts, beurres de baratte), le changement va se faire au fur à mesure de l’écoulement des stocks, mais cela devrait s’opérer d’ici septembre. 😊

Le contexte

Ces derniers mois, nous avons été alertés par beaucoup de producteurs (de lait notamment) sur l’augmentation sans précédent des coûts des matières premières (énergie, engrais, alimentation animale) et l’impossibilité de maintenir une rémunération en l’état leur permettant de se projeter durablement et sereinement sur leur exploitation. 😔

Face à cette détresse liée à ce contexte jamais vu dans l’histoire de l’agroalimentaire, nous avons lancé une consultation auprès de tous les producteurs de lait associés à la démarche (lait, crème UHT, yaourts, beurre de baratte, fromage blanc). 

Les producteurs ont signalé et voté pour une hausse nécessaire de leur rémunération de + 4cts/L (de 0,39€/L à 0,43€/L) pour leur permettre de payer les charges exceptionnelles liées à l’explosion de leurs coûts de production. Cela implique par exemple pour la brique de lait, une augmentation du prix conseillé voté par les consommateurs de 0,99€ à 1,03€ (les centimes sont reversés en totalité aux producteurs).

La consultation envoyée aux producteurs

Bien sûr en premier lieu nous avons lancé une consultation auprès de tous les producteurs de lait associés à la démarche.

Les résultats sont sans appel : + de 93% des producteurs ayant voté répondent “oui” à la volonté d’augmenter leur rémunération.

Pour comprendre ce qui nous anime, il faut savoir qu’au tout début en 2016, alors que le prix payé aux producteurs ne cesse de baisser, nous consommateurs nous mobilisons et créons tous ensemble un lait équitable qui rémunère les producteurs au juste prix.

La rémunération votée est celle qui permet au producteur d’être payé au juste prix et de pouvoir investir sur son exploitation : 39cts par litre de lait avec un cahier des charges qualitatif créé et voté par nous tous consommateurs.

Si nous espérions vendre 7 millions de litres la première année pour aider les producteurs de lait de la Bresse, la mobilisation de tous a été telle que les ventes se sont envolées et que nous avons réussi à montrer à tout le monde que nous consommateurs étions prêts à rajouter quelques centimes de + pour acheter un produit équitable que nous avons fait tous ensemble et dont nous savions tout !

5 ans après le lancement, 270 millions de briques ont été vendues, des centaines de familles de producteurs ont pu rejoindre l’initiative.

L’aventure est inarrêtable ! Le bon sens et la bienveillance collective ont transformé le rayon tout entier, et aujourd’hui de + en + de marques s’engagent à mieux rémunérer les producteurs. 🤗

Nous avons grâce à ce succès collectif pu créer d’autres produits tous ensemble sur les mêmes fondements essentiels pour nous tous consommateurs : fromage blanc, yaourt nature, yaourt à la vanille, crème liquide, beurre de baratte.

Depuis quelques mois (et encore + depuis la fin d’année dernière), le coût des matières premières (énergie, engrais, alimentation) est en constante augmentation, et les charges explosent sur les exploitations agricoles. 😔 Et on ne sait plus trop si notre rémunération “juste” tient toujours ses promesses…

Une question est donc au cœur de nos préoccupations et de cette consultation :

39 centimes/L minimum –> est-ce que cette rémunération votée à l’époque couvre encore les charges, vous permet à vous producteurs de vous dégager un salaire et de pouvoir investir sur vos exploitations comme décidé il y a 5 ans ?

Est-ce que notre lait « rémunère toujours au juste prix son producteur » ?

Pas question d’indiquer cette phrase sur la brique si elle n’est plus en adéquation avec la réalité.

C’est vraiment essentiel que chacun puisse exprimer son avis pour décider ou non de ce virage important pour la démarche et tellement historique dans le monde agricole et alimentaire 🙏

Nous vous proposons de répondre à cette question essentielle via cette consultation indispensable pour la suite de notre initiative collective et solidaire.

Nous avons réussi à faire bouger les lignes en rayon au cours de ces dernières années, nous avons les cartes en main pour continuer à le faire tous ensemble💪

#SoutienAuxProducteurs #LePatronCestLeConso

Bien sûr en premier lieu, c’est à vous producteurs de vous exprimer sur la réalité de ce que vous vivez dans vos exploitations, avant de laisser le choix final aux sociétaires de la démarche.

Au préalable de cette consultation, nous avons discuté avec les responsables des organisations de producteurs et constitué un groupe de travail avec plusieurs d’entre vous pour amorcer ces discussions et organiser la marche à suivre.

Ces échanges ont permis de compléter les informations ci-dessous et de déterminer tous ensemble la rémunération juste proposée à 43centimes/litre.

L’indice IPAMPA, indice publique suivi par la profession.

Pour rappel, l’indice IPAMPA est un indice qui reflète les coûts de production (prix de l’engrais, des matières premières, de l’énergie, etc.). Il était plutôt stable depuis le lancement de la démarche, mais les indices ont beaucoup évolué dernièrement. Bien sûr, l’indice IPAMPA, ou toute autre moyenne ne reflète pas la “vraie vie” sur chacune de vos exploitations. En échangeant avec certains d’entre vous, cela est confirmé : vos factures ont augmenté.

Les chiffres du CNIEL

En 2020, le CNIEL estime le prix de revient du lait à 405€/1000L toutes primes comprises. Malheureusement, nous n’avons pas de données plus récentes du CNIEL, car il publie avec “une année de retard”.

En 2021, le prix payé aux producteurs, hors primes, tous cahiers des charges confondus est de 340€/1000L.

Les nouveaux prix conseillés votés par les consommateurs intègreront la hausse de la rémunération des producteurs, et uniquement cette hausse.

Exemple pour la brique de lait :

Le cahier des charges voté collectivement reste le même : très qualitatif et équitable 😊

  • Les vaches pâturent 120 jours minimum (+ de 200 jours constatés en moyenne par an) et 10ares par vache minimum
  • L’alimentation des vaches hors pâturage est garantie sans OGM (<0,9 %), sans huile de palme, avec 20 % minimum de fourrages verts et un apport en luzerne, trèfle… dans l’alimentation favorisant les oméga-3 dans le lait
  • Les fourrages sont exclusivement locaux (moins de 100 km du lieu d’élevage et en pratique, direct chez l’éleveur)
  • Le bien-être animal suit les recommandations du CIWF, le respect de la charte des bonnes pratiques d’élevage et du BOVIWELL
  • L’ensemble des producteurs a fait un bilan carbone de son exploitation et travaille sur la réduction de son impact (CAP’2ER).

👉 Tous ces éléments sont contrôlés, vérifiés tout au long de l’année par nous les consommateurs.

FAQ

Réponses aux questions posées par les consommateurs-sociétaires lors d’une réunion d’échanges en visio avec les producteurs et l’équipe CQLP.

L’urgence qui ne nous a pas permis de faire autrement est due a une date butoir imposée par la loi : l’obligation d’enregistrer les prix des produits (et donc de la rémunération des producteurs) avant le 28 février.

Cette échéance a provoqué cette accélération qui nous a obligés à ces délais très serrés. Nous l’avons bien sur fait pour aider les producteurs qui n’auraient sinon pas pu bénéficier des 4 centimes pour 2022. 🙏

Cette hausse des coûts des matières premières concerne tous les éleveurs laitiers. Tous les producteurs de lait au global associés à la démarche (fromage blanc, crème uht, yaourts, beurres de baratte) ont donc également été consultés. 

La rémunération de tous ces producteurs va également augmenter, et par conséquent le prix voté conseillé des produits aussi. 

 Afin de ne pas faire de gaspillage d’emballage, le changement va se faire au fur à mesure de l’écoulement des stocks. Cela devrait s’opérer en rayon au mois de juin pour la brique de lait et d’ici septembre pour les autres produits concernés. 😊  

Cette augmentation de 4 centimes a été calculée avec les producteurs en fonction de l’augmentation des coûts observée depuis plusieurs mois. Ces 4 centimes sont aujourd’hui le montant nécessaire aux producteurs afin qu’ils soient rémunérés au juste prix de leur travail. Il est compliqué de prévoir des centimes de réserve “au cas où” car nous avons voulu rendre les choses le plus simple possible 😊.  

Pour rappel, l’intégralité de ces 4 centimes va aux producteurs. Rien ne se trouve dans une marge (merci à la laiterie de jouer le jeu 😊).  

Comme le veut le principe de la démarche, tous les acteurs de la chaîne doivent pouvoir vivre de leur métier.  

C’est effectivement un risque dont les producteurs ont également conscience. C’est pour cela que la plupart d’entre eux sont prêts à se mobiliser encore plus en magasin afin d’expliquer cette hausse aux consommateurs, notamment lors d’animations 😊. Nous allons de notre côté essayer d’expliquer au mieux la nécessité de cette hausse pour les producteurs via les réseaux sociaux, la presse etc… 

Comme le questionnaire a été fait récemment, il prend bien en compte le contexte actuel. 😉  

Pourquoi la brique de lait solidaire créée tous ensemble peut parfois être un peu plus chère que d'autres ?

Voici des éléments qui expliquent la différence de prix entre le lait CQLP et d’autres laits « moins chers ». 😊 

IMPORTANT : il est capital pour les producteurs de ne pas opposer les démarches (elles se complètent toutes !) mais il s’agit là juste d’informations pour comprendre l’importance de nos choix collectifs faits dans le cadre de la démarche collective (CQLP depuis 5 ans tire l’ensemble du rayon du lait vers le haut et protège durablement des milliers de familles de producteurs 👍🥳🙌).

Comme on peut le voir sur ce tableau :
  • un lait moins cher ne rémunère pas autant les producteurs (et souvent pas suffisamment)
  • un lait moins cher n’a pas le même cahier des charges qualitatif et durable
  • un lait moins cher n’est pas certifié et contrôlé par nous les consommateurs pour protéger les producteurs

👉 Pour la rémunération,

comme on le voit, nos achats solidaires apportent une rémunération juste qui change tout positivement pour les producteurs (il y a + de 30 000 € d’écart minimum par an pour les producteurs de lait CQLP valorisant 100% de leur lait *).

*Cette notion importante liée aux % de volumes de lait valorisés au juste prix est très méconnue. Elle est pourtant clé pour les producteurs. En France il n’y a quasiment aucun lait qui répercute le prix annoncé au litre sur 100% des volumes des producteurs concernés. Seuls CQLP et CANTAVEYLOT offrent ce soutien complet à des producteurs (les 80 familles historiques dans le cas de CQLP).

 

👉 Pour le cahier des charges, 

comme on le voit, nos choix collectifs nous ont fait choisir des éléments de qualité, de protection de l’environnement et de bien être animal différents. En outre, l’initiative implique que 100% de ces critères choisis soient contrôlés et certifiés par nous les consommateurs dans le cadre de visites régulières auprès des producteurs pour être certains qu’ils perçoivent bien la rémunération attendue (ce visites se font en plus des vérifications officielles de l’organisme Bureau Veritas). 

Pour découvrir ces visites (et pourquoi pas vous y associer 😊) c’est ici ! 👉 https://cestquilepatron.com/visites-societaires-du-lait-des-consommateurs/

En résumé, la différence de prix vient donc :
  • de l’importante différence de rémunération des producteurs liée à la différence du prix payé aux producteurs
  • du cahier des charges très différent qui implique des coûts supplémentaires (qualité, bien être animal, impact environnemental etc)
  • du contrôle fait directement par nous les consommateurs pour tout vérifier et protéger sur le long terme les producteurs
  • du fait que certains distributeurs font du lait un produit d’appel en se livrant une guerre des prix bas (ce qui a toujours détruit à terme inexorablement de la valeur côté producteurs et qui les rend dépendants des « pas très équitables » lois du marché 😊)

Besoin de la mobilisation de tous ! 💪

Le lait bio et le concassé de tomates arrivent en rayon.

S’ils ne sont pas encore dans votre magasin, demandez leur arrivée 👇