Pourquoi est-il parfois compliqué de trouver nos œufs solidaires en été ?

Voici les retours des producteurs et du partenaire qui expliquent pourquoi nous avons parfois des difficultés à trouver des œufs en rayon.  

Fonctionnement de la filière œufs pour bien comprendre le sujet

Les œufs font partie d’une filière intégrée : tous les acteurs sont interdépendants. 

Ce ne sont donc pas directement les 20 éleveurs associés à la démarche qui font naître les poussins et les poulettes.

  • Les œufs éclosent d’abord dans un couvoir.
  • Les poussins sont récupérés par des éleveurs spécialisés le temps de devenir “poulettes”.
  • 18 semaines maximum plus tard, les éleveurs CQLP reçoivent ces poulettes maintenant devenues poules pondeuses. Elles sont élevées pendant 58 semaines supplémentaires pour fournir des œufs.
  • Elles sont ensuite réformées, c’est-à-dire amenées à l’abattoir.
schéma explicatif de la filière oeufs

1. Les conséquences de la grippe aviaire

Comme souvent ces dernières années, la grippe aviaire (maladie transmise par les oiseaux sauvages qui, au contact des élevages, propage un virus au sein de l’ensemble des poules) vient chambouler le quotidien des éleveurs et de leurs poules.  

Le manque de poulettes

Lorsqu’un cas se déclare sur une exploitation, les éleveurs sont dans l’obligation de se séparer de l’ensemble de leur « lot » de poules par prévention et doivent respecter un protocole strict avant de pouvoir en élever de nouvelles. Pour reprendre leur travail, ils doivent ensuite acheter de nouvelles poulettes auprès des éleveurs de la filière.

Le planning d’achat des poulettes a donc été bouleversé car de nombreux éleveurs ont dû en acheter en urgence pour renouveler leur élevage. Le nombre de poulettes est donc actuellement insuffisant pour satisfaire tout le monde. Cela perturbe le renouvellement des poules sur les exploitations (et donc le nombre d’œufs). 😕

La baisse du taux de ponte suite au confinement

Lorsque le niveau de risque de grippe aviaire est jugé élevé par le gouvernement, les élevages sont dans l’obligation de confiner totalement les poules pendant la période de risque. Le retour dehors pour des poules ayant passés plusieurs semaines exclusivement en intérieur peut engendrer un stress qui diminue leur taux de ponte.  

Résultats : moins d’œufs disponibles, problème d’approvisionnement et donc rupture dans les magasins . 😢

2. La chaleur estivale pénible pour les poules

Les poules sont des animaux très sensibles à la température. Lors de vagues de chaleur, le taux de ponte peut baisser de 10 à 15%.

En effet, les poules adaptent constamment leur alimentation en fonction de la température ambiante.

👉 Lorsqu’il fait plus frais, elles ingèrent une plus grande quantité de nourriture pour augmenter et maintenir leur chaleur corporelle. A l’inverse, à mesure que la température monte, leur appétit diminue ce qui limite l’augmentation de leur chaleur corporelle). Jusqu’à une température d’environ 27 °C, la variation de leur appétit n’a pas d’effet sur la ponte. Mais au-delà, la température corporelle de l’oiseau augmente et naturellement l’ingestion d’aliments est moindre. Les œufs produits sont plus rares, plus petits et la coquille parfois plus fragile.

Sur le même thème

👉 Voir tous les articles

Tous ensemble pour aider les producteurs !