Négociations commerciales : pourquoi c’est une période importante pour les producteurs ?

17 janvier 2024
producteurs de lait c'est qui le patron avec la brique de lait bleue géante

Depuis le 1er novembre 2023, les partenaires fabricants sont entrés dans la période annuelle des « négociations commerciales ».

C’est dans cette période que les enseignes déterminent les produits qui seront en rayon pour les mois à venir. Il est donc crucial pour les producteurs de mettre en avant ceux qui les rémunèrent au juste prix.

Les négociations commerciales c'est quoi ? 🤔

C’est la période où les distributeurs et les fabricants négocient les termes de leur relation commerciale pour l’année à venir.

Chaque fabricant rencontre donc chaque enseigne de grande distribution dans laquelle ses produits sont ou seront distribués. Pour chaque produit, l’enjeu est de s’entendre sur les conditions de vente qui permettront au fabricant et au distributeur de se dégager une marge.

L’objectif final : se mettre d’accord sur les tarifs C’est-à-dire les prix auxquels le fabricant va vendre ses produits à l’enseigne. C’est en fonction des variations (à la hausse ou à la baisse) de ces tarifs que les prix des produits en rayon évoluent. Plus ces tarifs sont élevés, plus les prix de vente aux consommateurs augmentent. 

Divers sujets sont abordés pendant ces rendez-vous. C’est notamment l’occasion de (re)présenter les produits CQLP qui ne sont pas encore proposés par l’enseigne et de parler des changements de prix conseillés à venir. 🤓

Les négociations commerciales ont lieu une fois par an. Elles se déroulent habituellement entre le 1er décembre et le 1er mars. Mais exceptionnellement cette année, elles ont été avancées de novembre à janvier (vs de décembre à mars).

Pourquoi ? Dans le contexte inflationniste que nous connaissons, l’objectif est, pour nous consommateurs, de voir plus vite les baisses de prix des produits en rayon si le coût des matières premières a diminué aussi ! 🙌

A l’inverse, pour les fabricants, cela les contraint à analyser leurs coûts de production et à communiquer les conditions de vente dans un temps extrêmement court.

 

Un détail en plus :

Les dates butoirs varient selon le chiffre d’affaires annuel hors taxe du fabricant.

  • Entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 350 millions € : 👉 date limite : 15 janvier 2024
  • Entreprises dont le chiffres d’affaires est supérieur ou égal à 350 millions € 👉 date limite : 31 janvier 2024

NB : les marques de distributeurs ne sont pas concernées par ce calendrier.

Période cruciale pour le soutien aux producteurs ! 🙏

Consommateurs et producteurs ne sont pas conviés dans ces négociations, pourtant c’est une période cruciale dans laquelle nous devons continuer de montrer qu’il est important de proposer en rayon des produits qui rémunèrent au juste prix les producteurs. 💪

Ce sont uniquement les partenaires fabricants de chacun des produits solidaires CQLP qui participent aux négociations commerciales.

Elles ont cependant une valeur un peu différente

Les prix votés conseillés des produits créés collectivement sont travaillés tout au long de l’année pour répondre au mieux aux besoins des producteurs et des fabricants en fonction des hausses et baisses de leurs coûts de production. Le prix final conseillé tient compte d’un bloc de marge estimé pour le fabricant et le distributeur afin de permettre à chaque partie de la chaine d’être rémunéré au juste prix. 

Notre initiative collective est donc vue différemment par la grande distribution. 😊

Décomposition du prix du lait 1L C'est qui le patron avec augmentation de la rémunération des producteurs et partenaire
Exemple d'une décomposition de prix conseillé

Mais nous consommateurs n’avons cependant pas le regard sur la part qui revient au fabricant et au distributeur. C’est au fabricant et au distributeur de se mettre d’accord. Ils sont libres de fixer le prix de vente qu’ils souhaitent. 

Selon la loi (française et européenne), les distributeurs sont libres de fixer les prix de vente des produits qu’ils vendent. C’est le principe de libre concurrence.

Nous consommateurs n’avons donc pas le droit de savoir quelle marge est appliquée sur les produits car cela limiterait la capacité du distributeur de librement déterminer son prix de vente. C’est pour ça que l’on peut trouver un même produit à différents prix en fonction du magasin. 

Le prix de vente voté collectivement que l’on retrouve sur les produits CQLP est donc un prix conseillé. En magasin, si on constate une différence de prix, cela est tout à fait légal. Bien sûr, en tant que client on peut demander pourquoi au magasin. 😉

NB : dans tous les cas, un écart de prix n’impacte jamais le producteur dont la rémunération reste conforme à ce que nous consommateurs avons voté !

Sur le même thème

👉 Voir tous les articles

Tous ensemble pour aider les producteurs !

Déjà 30 000 personnes prêtes à déployer cette étiquette solidaire en soutien aux producteurs !